Élections en Côte d'Ivoire

Sous haute tension

Marcopolo est un briefing hebdomadaire qui explique simplement l'actualité internationale, en 2 minutes top chrono.

Si un ami vous a transféré cet email et que cela vous a plu, pensez à bien le remercier et ensuite vous pouvez vous inscrire ici pour recevoir les prochains briefings.

L'information

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été réélu début novembre avec plus de 94% des voix (not bad). Sauf que, pour l'opposition, il n'avait pas le droit de briguer ce troisième mandat, étant limité à deux. Lui estime que les réformes constitutionnelles opérées récemment remettent son compteur à 0 (malin). La campagne s'est déjà faite sous haute tension, plus de 20% des bureaux de votes n'ont pas pu ouvrir selon la commission électorale et 40 des 44 opposants n'ont pas été autorisés à se présenter. Les résultats ont provoqué de larges manifestations et la tension continue de monter. Depuis août, on comptabilise plus de 30 morts.

Le contexte

Laurent Gbagbo se fait connaître dans les années 80 lors de grandes manifestations étudiantes. Il est devenu, au fil des années, l'opposant principal au régime de Houphouët-Boigny, le père de l'indépendance (1960) de la Côte d'Ivoire et son président jusqu'en 1993. Alassane Ouattara débute sa carrière au Fonds Monétaire International à Washington et devient, en 1990, Premier ministre du président Houphouët-Boigny. Henri Konan Bédié, Président de l'Assemblée nationale, succède à Houphouët-Boigny lorsque ce dernier décède en 1993.

À partir du début des années 1990, les tensions ethniques entre nord et sud deviennent de plus en plus visibles et elles ne s'arrêteront plus. Elles sont portées par une crise économique majeure et une libéralisation politique du pays suite à la fin du régime de parti unique porté par Houphouët-Boigny. Pour (vraiment) schématiser, Alassane Ouattara, candidat musulman, représente le nord du pays. Bédié et Gbabgo, eux, représentent le sud.

À partir de 1995, tout s'enchaîne. Bédié gagne la présidentielle mais est déposé quelques mois plus tard par un coup d'état mené par le Général Guéï. De nouvelles élections sont organisées en 2000 par le régime. Le Général se déclare vainqueur mais il est chassé par la rue lors d'affrontements faisant plus de 200 morts. Laurent Gbagbo, son opposant pendant l'élection, est déclaré vainqueur.

En 2002, des soldats rebelles tentent de prendre le contrôle de plusieurs villes et se concentrent finalement sur le nord et le centre du pays. Ils finissent par occuper plus de la moitié du territoire, attisant encore plus les tensions entre nord et sud. 10 000 casques bleus sont placés entre les deux factions pour tenter de contrôler la situation. Un accord est trouvé en 2007 et le secrétaire général des forces du nord, Guillaume Soro devient Premier ministre.

Lors de l'élection présidentielle de 2010, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se déclarent tous les deux vainqueurs. La tension monte de nouveau et les combats éclatent à Abidjan. Les forces de Ouattara prennent progressivement possession de tout le pays et Laurent Gbabgo est fait prisonnier et incarcéré à la Cour Pénale Internationale où il est accusé (mais acquitté) de crimes contre l'humanité.

Le 25 octobre 2015, Alassane Ouattara est réélu au premier tour de l’élection présidentielle, avec 83,7% des suffrages exprimés et les choses semblent enfin se tasser. Jusqu'à ce troisième mandat donc.

Pourquoi c'est important

La pièce semble se rejouer éternellement. Les mêmes acteurs s'affrontent depuis des décennies sans laisser émerger une nouvelle génération politique. Les résultats électoraux sont contestés presque à chaque fois. Tout cela cumulé aux tensions ethniques sous-jacentes, c'est la formule magique pour une nouvelle catastrophe.

L'info qui vaut le détour

La Côte d'Ivoire, c'est aussi le premier producteur mondial de fèves de cacao, fournissant plus du tiers de la production mondial. Autant dire que la stabilité du pays est très importante pour les fans de Nesquik.


In other news

Le monde musulman contre Macron
Après qu'Emanuel Macron a soutenu la publication des caricatures du prophète Mahomet, plusieurs manifestations ont éclaté dans divers pays musulmans. Le président Erdogan demande carrément au président Macron de passer un examen de santé mentale.

The show is on
Le résultat des élections américaines devrait tomber d'ici quelques heures (a priori ce sera Biden). Mais plusieurs choses sont déjà certaines : les camps semblent de plus en plus irréconciliables et cela fait bien marrer la Chine, la Russie, le Venezuela et l'Iran.

Éthiopie au bord de la guerre civile
Abiy Ahmed, le Premier ministre éthiopien, vient de lancer une opération militaire contre la région rebelle du Tigré. Il accuse ses dirigeants d'avoir attaqué une base militaire. Au cours des derniers mois les tensions se sont accrues entre le gouvernement et le Tigré laissant craindre une guerre civile.

IVG en Pologne
Le parti (très) Conservateur au pouvoir en Pologne (Droit et Justice) vient de faire passer une loi limitant davantage la déjà très dure loi IVG en Pologne. Des manifestations massives ont eu lieu partout dans le pays.

Bon week-end,

Jean-Baptiste.