La goutte d'eau ?

Et d'autres nouvelles du monde

🇸🇳 La goutte d'eau qui fait déborder le Sénégal

Le Sénégal vient de vivre une semaine d'émeutes très violentes suite à l'arrestation du député d'opposition Ousmane Sonko. Le pays, considéré comme un îlot de stabilité dans la région, est peu habitué à ce genre de scènes de violences. Les affrontements entre des centaines de jeunes et l'armée auraient fait entre 5 et 9 morts, selon les sources.

L'évènement qui a mis le feu aux poudres c'est donc l'arrestation d'Ousmane Sonko pour trouble à l'ordre public, alors qu'il se rendait au tribunal dans le cadre d’une inculpation pour viol. Pour ses partisans, c'est un coup monté par le Président pour écarter un opposant. Dans un souci d'apaisement, il a été libéré sous contrôle judiciaire et il a demandé à ses partisans de rester pacifiques lors des prochaines manifestations.

Un peu de contexte ?

Depuis son indépendance en 1960 le Sénégal n'a connu que 4 présidents. Bon, il faut dire que le premier Président n'était autre que l'immense Léopold Sédar Senghor, de 1960 à 1980. Le second (Abdou Diouf) a tenu également 20 ans et le troisième (Abdoulaye Wade) 12 ans. Une longévité insolente qui ferait bien des jaloux en France ou en Italie. Surtout, l'alternance se passe globalement bien à chaque fois. Le Sénégal est classé dans le top 10 des démocraties africaines selon le Democracy Global Index de The Economist.

En 2012, Macky Sall est Ă©lu, puis rĂ©Ă©lu en 2019. Depuis 2016, les prĂ©sidents ne peuvent plus faire que 2 mandats, il n'aura donc pas la longĂ©vitĂ© de ses prĂ©dĂ©cesseurs. Mais il a plutĂ´t la cĂ´te grâce Ă  une longue carrière politique sans accroc et une rĂ©putation d'homme sĂ©rieux et honnĂŞte. Sauf qu'au fil des annĂ©es, il aurait un peu pris ses aises avec le pouvoir. Il est soupçonnĂ© d'avoir Ă©cartĂ© deux rivaux politiques "grâce Ă " des ennuis judiciaires. Dès son Ă©lection, son patrimoine avait dĂ©jĂ  fait sourciller pas mal de monde : un peu trop riche pour un homme politique honnĂŞte.

L'inspecteur Sonko

C'est pendant le premier mandat du prĂ©sident Sall qu'un jeune inspecteur des finances (Ousmane Sonko donc) commence Ă  critiquer sĂ©vèrement le gouvernement. Il l'accuse de malversations, de corruptions et met en cause directement le prĂ©sident. Évidemment ce n'est pas la meilleure stratĂ©gie pour faire avancer sa carrière : il se fait virer et crĂ©e son parti politique en vue des prĂ©sidentielles de 2019. Il termine troisième avec 15% des voix.

La semaine dernière, une masseuse d'un salon où il a ses habitudes l'accuse de viol. En se rendant à la convocation au tribunal avec ses partisans il est arrêté pour trouble à l'ordre public, puis relâché quelques jours après. Il doit toujours être entendu dans le cadre de son inculpation pour viol, qui elle, n’a pas été abandonnée.

Sur le fil

Son arrestation semble plus être un prétexte aux émeutes que l’unique raison. Après que deux opposants politiques ont été neutralisés, l'arrestation d'un troisième semble avoir fait réagir beaucoup des jeunes manifestants (qui visiblement n'attendent pas que justice soit faite pour se prononcer). Ils ne sont pas tous des partisans d'Ousmane Sonko, loin de là. Mais ils pensent que, malgré une interdiction constitutionnelle, Macky Sall se représentera à l'issue de son deuxième mandat. Ils dénoncent une dérive autoritaire du régime. Le gouvernement a d'ailleurs empêché deux chaînes de télévision privées de diffuser pendant les émeutes et la chaîne publique n'en a tout simplement pas parlé.

Ajoutez à cela un chômage en forte hausse, une économie du tourisme à l'arrêt et des restrictions liées à la crise sanitaire, la jeunesse sénégalaise en a visiblement plus que ras la casquette. Juste avant la libération de Sonko, le médiateur de la république avait demandé au président de "marquer une pause et parler avec notre jeunesse. Nous sommes au bord de l'apocalypse." C'est bien dit et ça fait un peu froid dans le dos. Il faudra regarder l'évolution des manifestations avec beaucoup d'attention donc.


Si vous aimez cette newsletter, vous pouvez la partager, c’est la meilleure façon d’aider Marcopolo.

Partager par e-mail đź’Ś

Partager par WhatsApp đź’¬


🌍 In other news

🇾🇪 Un reportage de CNN explique comment la famine au YĂ©men est aggravĂ©e par l'Arabie saoudite qui opère un blocus sur l'arrivĂ©e du carburant : fermeture programmĂ©e d'hĂ´pitaux, transports de vivres qui ne peuvent pas circuler. Relire le briefing sur la guerre au YĂ©men.

🇲🇲 En Birmanie, les syndicats appellent à une grève générale. Selon les Nations Unies, plus de 70 personnes auraient trouvé la mort lors des différentes manifestations contre la prise de pouvoir par la junte militaire. Relire le Briefing sur la Birmanie.

🇧🇷 Au Brésil, la Cour suprême vient d'annuler une série de condamnations contre l'ancien président Lula da Silva. Il pourrait être jugé de nouveau pour ces mêmes condamnations dans les mois à venir mais il est désormais libre de se présenter contre le président Jair Bolsonaro lors des prochaines élections présidentielles en 2022.

🇱🇾 Un peu d’espoir en Libye où le parlement vient de valider le premier gouvernement d’unité nationale depuis le début guerre civile. Relire le Briefing sur la Libye.

🇭🇰 De nouvelles règles viennent d'entrer en vigueur à Hong-Kong. Seuls les "patriotes" (loyaux envers le parti communiste chinois) pourront se présenter aux élections pour le parlement et élire le gouvernement. En clair, il n'y a plus d'opposition démocratique à Hong-Kong. Relire le Briefing sur Hong-Kong.