Kim Kardashian contre Erdogan

Et d'autres nouvelles du monde

🇹🇷 Le génocide arménien

Cette semaine c'est Kim Kardashian qui fait l'objet de notre briefing. Plus précisément c'est Kim qui félicite, dans un tweet, le président Joe Biden d'avoir reconnu officiellement le génocide arménien par l'Empire ottoman au début du XXème siècle.

Mauvais voisinage

On avait vu lors d'un précédent briefing que l'Arménie avait déjà des problèmes de voisinage avec l'Azerbaïdjan au sujet d'un territoire contesté, le Haut Karabagh (relire le briefing). Vers la fin du XIXème et au début du XXème siècle c'était une autre paire de manches. L'Arménie est occupée au sud par l'Empire Ottoman et au Nord par la Russie. La population est divisée entre plusieurs États dont l'Arménie Orientale (Russe) et l'Arménie Occidentale (Ottomane).

La vie des minorités (dont les Arméniens) sous l'empire ottoman n'était pas de tout repos : imposition de lourdes taxes, peu de droits civiques, ... La population arménienne était en revanche assez importante : environ 2 millions pour une population totale de 16 millions. À la fin du XIXème siècle, leurs revendications d'autonomie leur ont valu un premier massacre de près de 200 000 personnes.

En 1909, un groupe de jeunes officiers turcs renverse le sultan Abdul-Hamid et instaure un nouveau gouvernement nationaliste. Un de leur principal cheval de bataille est la création d’une nation turque ethniquement homogène. Ils s'en prennent donc à toutes les minorités : aux Grecs, aux juifs et aux Arméniens.

Le massacre

En 1914, le gouvernement turc commence à planifier un schéma de déportation massive, qui couvre en réalité une opération gigantesque d'extermination des Arméniens. Lors de la première guerre mondiale, l'empire ottoman est allié des empires allemand et austro-hongrois, contre les Occidentaux et la Russie. Le prétexte du déclenchement des hostilités est tout trouvé : on accuse les Arméniens de pactiser avec l'ennemi russe.

La première phase du génocide consiste officiellement à déplacer les populations des provinces de l'est dans des camps installés dans le désert de Syrie, vers le sud. Beaucoup périrent lors du trajet dans le désert. Les femmes survivantes étaient systématiquement vendues comme esclaves. Les autres provinces ottomanes furent ensuite l'objet de la même organisation, toujours vers le désert de Syrie. Les quelque 700 000 survivants entassés dans des camps seront ensuite exterminés.

Dans le feu de l'action de première guerre mondiale, le massacre orchestré par l'empire ottoman n'est tout de même pas passé inaperçu par les forces occidentales. Beaucoup de rapports de diplomates en poste à l'époque sont envoyés vers l'Europe. Le bilan reste flou mais entre 800 000 et 1 500 000 Arméniens ont été exterminés à cette période, soit deux tiers de la population arménienne de l'empire.

La reconnaissance

Aujourd'hui, plus de 30 pays (dont la France) ont reconnu le génocide mais la Turquie continue de le nier. Par ailleurs elle condamne toute reconnaissance du génocide par des pays étrangers. Selon le sociologue turc Taner Akçam, les coupables de ce massacre sont également les fondateurs de la République de Turquie et "le gouvernement turc ne peut donc pas accepter que parmi les grands héros qui ont sauvé la patrie certains ont été des assassins".

Le plus étonnant et déconcertant pour les nationalistes turcs c'est que de plus en plus de familles se découvrent des ancêtres arméniens, soit cachés pendant le génocide, soit enlevés, mariés et convertis à l'islam de force. Un débat de plus de 100 ans qui n'est donc pas près de se refermer.


🌍 Le monde cette semaine

🇨🇴 En Colombie, plusieurs chefs des FARC ont reconnu officiellement leur implication dans des crimes contre l'humanité. Cette condition, imaginée dans l'accord de paix, devait être remplie pour qu'ils bénéficient de remise de peine. Relire le briefing sur l'accord de paix en Colombie.

🇨🇾 Les gouvernements turc et cypriote ont discuté cette semaine, sans succès, de la réunification de l'île de Chypre. La partie nord est indépendantiste et soutenue par la Turquie, la partie sud est un pays membre de l'UE.

🇭🇰 La chine vient de mettre un nouveau tour de vis sur Hong-Kong en prenant le contrôle total sur les entrées et sorties du territoire. Relire le briefing sur Hong-Kong.

🇲🇲 En Birmanie, cela fait maintenant 4 mois que Aung San Suu Kyi a été arrêtée et les violences continuent suite au putsch de l’armée. Relire le briefing sur la Birmanie.