Gardons la pêche

Et d'autres nouvelles du monde

🇯🇪 Désaccord franco-britannique au large de Jersey

Cette semaine, environ 50 navires de pêche français ont organisé une manifestation maritime devant l'île de Jersey (les Français sont capables de toutes les innovations quand il s'agit de manifester). Ils protestent contre les lenteurs de l’administration britannique qui les empêche d’accéder à la zone de pêche anglaise. Les Anglais ont envoyé deux navires de guerre pour superviser la situation et la France a fait de même. Le calme est revenu en fin de semaine. Il y a peu de chances que la Manche se transforme en détroit de Taïwan européen. Pour le moment cela ressemble plutôt à ça :

L'avant-Brexit

Lorsque le Royaume-Uni faisait partie de l'Union européenne, les zones de pêche nationales étaient mutualisées et la commission européenne distribuait des quotas de pêche. Ce n'était pas l'idéal, beaucoup de pêcheurs étaient insatisfaits mais le système fonctionnait.

En revanche, les Européens pêchent 8,4 fois plus de volume de poissons dans les eaux britanniques que l'inverse ! Elles sont réputées plus calmes et beaucoup plus "poissonneuses" (oui le mot existe). Pas étonnant que ce sujet a été, avec la frontière Irlandaise, central dans les négociations du Brexit en fin d'année dernière.

The art of the deal

Sur la pêche, le deal signé pour le Brexit est très avantageux pour les Européens. Les pêcheurs peuvent continuer leurs activités dans les eaux territoriales anglaises. En contrepartie une baisse progressive de 25% des volumes est à prévoir jusqu'en 2026.

En revanche, pour obtenir leur licence, les pêcheurs européens doivent prouver qu'ils pêchaient déjà dans ces zones avant le référendum sur le Brexit. C'est assez facile à prouver pour les gros bateaux équipés de systèmes d'enregistrements électroniques. C'est beaucoup plus difficile pour les petits bateaux qui n'en sont pas équipés.

Du côté des Européens, on estime que l'administration britannique met des bâtons dans les roues aux pêcheurs en inventant de nouvelles règles qui n'étaient pas dans l'accord. Du côté des Britanniques, on estime donner plus de temps aux petits pêcheurs pour rassembler les registres écrits et prouver qu’ils opéraient réellement dans ces zones préalablement.

Et Jersey dans tout ça ?

Une partie du problème réside également dans la situation géographique de l'île de Jersey qui fait partie des dépendances de la couronne britannique. Une île théoriquement autonome mais sous protection du Royaume-Uni. Techniquement, les îles anglo-normandes (Guernesey et Jersey) délèguent la gestion de leurs affaires étrangères au Royaume-Uni.

Ce qui est plus intéressant c'est que Jersey est à 65 kilomètres de Saint-Malo. Et comme on l'avait déjà vu là, les territoires ont un Zone Économique Exclusive : un espace maritime souverain au large de leurs côtes. Voilà donc comment un minuscule territoire devient une zone maritime britannique à quelques pas de la France.

🌍 Le monde cette semaine

🇪🇸 En Espagne, Isabel Díaz Ayuso, du Parti populaire (PP), a gagné les élections régionales de Madrid. Elle a fait campagne sur une ligne très conservatrice et est souvent décrite comme la Trump espagnole. Reste à savoir si elle fera alliance avec le parti d'extrême droite Vox.

🇨🇴 Les Nations unies et l'Union européenne ont accusé les forces de l'ordre colombiennes de faire un usage excessif de la force pour réprimer les manifestations qui ont éclaté la semaine dernière après que le président a dévoilé un projet de réforme fiscale. Une cinquantaine de personnes auraient trouvé la mort dans ces manifestations.

🇹🇼 Le Sénat Français vient d'adopter une résolution visant à associer Taiwan aux travaux de plusieurs organisations internationales. La Chine a répondu avec des menaces à peine voilées : "La partie chinoise exhorte la partie française (...) à traiter prudemment et judicieusement les questions liées à Taiwan et à agir davantage en faveur du développement des relations et de la coopération sino-française." Lire le communiqué complet. Relire le briefing sur Taïwan.