Au fait, que fait la France au Sahel ?

Et d’autres nouvelles du monde

Bienvenue aux nouveaux membres de la communauté Marcopolo, la newsletter qui décrypte l'actualité internationale sous forme de briefings courts et didactiques.

Si un ami vous a transféré ce mail, vous pouvez recevoir les prochains en vous inscrivant ici.

🇲🇱 La France maintient ses troupes au Sahel

La semaine dernière, lors de la conférence G5 Sahel (Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso, Tchad) le Président Macron a confirmé le maintien des troupes françaises dans cette région. L'armée française est engagée au Sahel depuis 2013 contre des groupes djihadistes, avec plus de 5000 soldats.

🎞️ On rembobine ?

En 2012, dans la région de l'Azawad (au nord du Mali) les Touaregs indépendantistes et les djihadistes ont uni leurs forces et réussi à conquérir la quasi-totalité de la moitié nord du pays. Plusieurs facteurs ont permis le succès de cette rébellion :

  • Les Touaregs sont un peuple éparpillé dans le Sahel entre plusieurs pays (Mali, Niger, Algérie, Libye). À plusieurs reprises au cours des dernières années (en 1962, 1990, 2006 et 2007), ils ont tenté d'obtenir une indépendance territoriale au nord du Mali ou au Niger, sans succès.

  • Les Touaregs étaient assez prisés comme mercenaires privés par le régime de Kadhafi en Libye. Lors de la chute du régime Libyen en 2011, beaucoup d'entre eux sont rentrés dans leur région d'origine, avec le petit stock d'armes volées qui va bien. Début 2012, les Touaregs sont donc mieux armés que pendant les autres tentatives indépendantistes.

  • Parallèlement, la guerre civile algérienne, entre le gouvernement et divers groupes islamiques a eu un impact important sur la radicalisation du Sahel. La guerre civile, de 1990 à 2000, a poussé les mouvements radicaux de plus en plus dans le sud de l'Algérie, dans la région limitrophe avec le Mali. C'est de cette façon que les mouvements Djihadistes du Sahel se sont implantés dans cette région. Les Touaregs sont donc mieux armés et ils ont l'appui de nouveaux petits copains, les djihadistes.

  • 3ème effet kiss cool, dès le début de l'insurrection, l'armée malienne n'a pas trouvé meilleur moment pour réaliser un coup d'État et destituer le président élu. Les forces gouvernementales étaient donc totalement désorganisées et déconcentrées, ce qui n'a fait qu'empirer les choses

🎖️ Et la France dans tout ça ?

La rébellion prend donc une ampleur considérable avec de nombreuses villes prises et presque la moitié du territoire occupé. Dans leur partenariat avec les indépendantistes Touaregs, les djihadistes ont largement pris le dessus et ils commencent à imposer la charia dans certaines villes. Fin 2012, le Mali était sur le point de basculer. En plus de la menace islamiste grandissante dans cette région, le nord du Mali est déjà une plaque tournante majeure de trafic en tous genres (armes, drogues, êtres humains). C’est un peu donc la panique à bord. 😱

François Hollande, alors président, décide que le changement au Mali, ce ne sera pas pour maintenant. Il a déclenché en janvier 2013 l'opération militaire Serval qui permet d'arrêter l'avancée des troupes rebelles au Mali. Mi 2014, l'opération est remplacée par une mission régionale contre le terrorisme dans tout le Sahel appelée Barkhane. Cela fait 5 ans que cette opération est en cours avec environ 5000 hommes sur le terrain avec un soutien logistique de plusieurs pays européens et africains.

Lors d'une réunion avec les dirigeants des pays du Sahel, le président Macron a donc annoncé la semaine dernière que cette mission continuerait son travail sur le terrain, contre les islamistes. D'un côté, les Français et les populations locales semblent de plus en plus contre son maintien. De l'autre, les gouvernements du G5 Sahel, eux, ne souhaitent pas se passer de cette présence essentielle pour contrer les djihadistes. Le conflit a déjà fait plus de 6000 morts et les attaques sont encore quotidiennes. "L'armée française doit-elle se retirer ?" ou "l'armée française pourra-t-elle se retirer un jour ?" : telle est la vraie question.


💌 Si ce briefing vous a plu, vous pouvez transférer cet e-mail à vos amis. Plus on est de fous, plus on lit.


🌍 In other news

🇪🇸 Un rappeur catalan, Pablo Hasél, a été condamné à neuf mois de prison car les paroles d'une de ses chansons font l'apologie du terrorisme et insulte le roi. Son arrestation a provoqué une semaine entière de manifestations violentes dans plusieurs villes catalanes dont Barcelone.

🇦🇲 Il y a quelques mois, l'Arménie et l'Azerbaïdjan se sont affrontés au sujet d'une région disputée, le Haut-Karabagh (Relire le Briefing). Le cessez-le-feu a été vécu comme une humiliation par une partie de la population en Arménie et surtout par l'Armée. Depuis, le Premier ministre Nikol Pashinyan est sous la pression de la rue. Cette semaine, l'Armée a carrément demandé sa démission. Lors d'une manifestation avec ses partisans, le Premier ministre a dénoncé ce "coup d'État", selon ses mots.

🇪🇹 Un rapport de l'ONU estime que 2 millions d'habitants du Tigré ont été déplacés à cause de la guerre civile en Éthiopie. Dans un autre rapport, Amnesty International accuse des soldats Érythréens d'avoir tué des centaines d'Éthiopiens dans la ville d'Axoum en novembre dernier. Relire le briefing.

🇮🇳 ❤️ 🇵🇰 L'Inde et le Pakistan ont signé un premier cessez-le-feu cette semaine. Les pays s'affrontent plus ou moins agressivement depuis des dizaines d'années au sujet du tracé de la frontière entre les deux pays dans la région du Cachemire.

C’est tout pour cette semaine. Bon dimanche à tous. JB


💌 Si ce briefing vous a plu, vous pouvez transférer cet e-mail à vos amis. Plus on est de fous, plus on lit.

Share