Ça chauffe dans le Haut-Karabagh

Un conflit dormant se réveille...

Marcopolo est un briefing hebdomadaire qui explique simplement les événements mondiaux importants, en 2 minutes top chrono.

Vous avez beaucoup entendu parler du Haut-Karabagh ces derniers jours n'est-ce pas ? Dans cette édition de Marcopolo, nous allons essayer de comprendre ce qu'il s'y passe depuis maintenant plusieurs semaines.

L’information

Fin septembre, l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont commencé à s'affronter dans la province contestée du Haut-Karabagh. Des dizaines de personnes ont été tuées au cours des combats et c'est la deuxième fois en moins de trois mois que les deux pays en viennent aux mains (un peu aux drones aussi). Alors que la Turquie pousse l'Azerbaïdjan à aller jusqu'au bout, la Russie essaye de calmer le jeu et de négocier une trêve.

Le contexte

Oui bon, on ne va pas se mentir, ce n'est pas la région la plus touristique non plus, donc essayons déjà de se replacer géographiquement. Cette semaine, on voyage à l'intersection de la Turquie, de l'Iran et de la Russie, rien que ça :

Le Haut-Karabagh est un territoire disputé par l'Arménie et l'Azerbaïdjan depuis de longues années. On peut facilement remonter au début des années 1800, mais ce n'est pas le sujet. En 1920, les deux pays font partie de l'Empire Soviétique et Staline tranche le débat (on l'imagine, en douceur) et rattache le Haut-Karabagh à l'Azerbaïdjan, bien que ce soit un territoire peuplé à plus de 90% d'Arméniens.

Lors de la chute de l'URSS, en 1991, l'Arménie et l'Azerbaïdjan deviennent indépendants et le Haut-Karabagh profite de la situation pour déclarer son indépendance également. Évidemment l'Azerbaïdjan n'est pas du tout d'accord et une guerre très violente éclate avec la république du Haut-Karabagh qui est appuyée par l'Arménie. C'est un réel cataclysme pour la région, car les affrontements durent deux ans, font plus de 20 000 morts et un million de déplacés.

Un cessez-le-feu est signé en 1994 grâce à l'implication de la France, des USA et de la Russie. Depuis, quelques escarmouches ont eu lieu entre les différentes forces en présence, mais jamais de l'ampleur des heurts actuels. Techniquement, le Haut-Karabagh n'est reconnu par aucun pays membre de l'ONU, mais il est de fait contrôlé par l'armée Arménienne.

L'Azerbaïdjan, pays turcophone et riche en hydrocarbure est soutenu par la Turquie, qui est prête à aider militairement le pays jusqu'au bout. Quant à l'Arménie, elle est liée par un pacte avec la Russie, qui n'aura pas d'autre choix que de la défendre si les choses dérapent davantage.

Pourquoi c’est important

Derrière l'Azerbaïdjan, riche en hydrocarbures, il y a la Turquie et derrière l'Arménie il y a la Russie. La Turquie n'est vraiment pas fan de l'Arménie. Comme nous l'avons vu dans les précédentes éditions, la Russie et la Turquie ne sont pas ouvertement ennemies mais ont des intérêts divergents sur plusieurs fronts : Libye, Syrie. On peut désormais en compter un de plus.

Vous voilà briefé sur les évènements au Haut-Karabagh et leur contexte. Si cela vous a plu n’hésitez pas à partager cet e-mail.

Jean-Baptiste.


Si vous avez reçu cet email par un ami et que cela vous a plu, inscrivez-vous pour recevoir les prochains briefings.